Les dernières

Chercher...

Grands classiques

Smileys

Nous connaissons tous ces petits symboles faits avec les caractères du clavier appelés smileys parmi lesquels, par exemple:

:) signifie un sourire (regarder en penchant la tête 90° à gauche)
:( est un signe de tristesse
:-) parfois on ajoute le nez au symbole

Vous avez sûrement déjà vu aussi les "ass icons " :

(_!_) Un cul normal...
(__!__) Un gros cul...
(!) Un cul mince...
(_._) Un cul plat...
(_*_) Un cul a rosace...
<_!_> Un cul ridé...
(_o_) Un cul avec beaucoup de " kilométrage "...
(_O_) Un cul avec encore plus de " kilométrage " ...
(_X_) Un cul censuré...
(_$_) Un cul de grande valeur...
[_T_] Un cul très " carré "...
(_:_) Un cul très étrange...
(_@_) Un cybercul...
(_?_) Un cul mystérieux...
(_#_) Un cul blessé...
(__) Un cul fermé...
(_%_) Un cul a hémorroïdes...

Ainsi que les poitrines cybernétiques :

(o)(o) seins parfaits
( + )( + ) seins en silicone
(*)(*) seins avec tétons hauts
(@)(@) seins avec grands tétons
(oYo) seins " push-up "
(^)(^) seins ayant froid
(o)(O) seins dépareillés
(:o)(o) seins mordus par un vampire
o/o/ les seins de la grand-mère
( - )( - ) seins aplatis contre la porte de la douche
|o||o| seins d'androïde
()() seins de Kate Moss
( o Y o ) seins pour poser dans Playboy

Mais connaissiez vous les Cybers Mexicains ?

<


Noter cette blague:

Moyenne : 0OKCommentaires : 0
Voir / Ajouter


Brunes & Blondes

Une blonde doit se rendre en ville mais n'a pas de moyen de locomotion, car elle a raté son permis de conduire une bonne douzaine de fois. Elle fait du stop et après quelques minutes, un type s'arrête et accepte de l'emmener jusqu'au centre-ville. En chemin, il engage la conversation :
- Je suis voyant, je prédis l'avenir.
- C'est super, et comment vous faites ça ?
- J'ai appris avec un grand maître druide.
- Et ça rapporte beaucoup ?
- Environ 450 francs la demi-heure.
Etonnée et très intéressée, elle demande :
- Vous accepteriez de m'apprendre le métier ?
- Bien sûr, mais il faudrait vous initier.
Elle accepte et le type arrête sa voiture sur un petit chemin au bord de la route.
- Il faut que je vous attache toute nue à cet arbre. Ne vous inquiétez pas, ça fait partie de l'initiation. Vous serez ainsi en communication avec la nature...
Elle accepte et le type la déshabille, l'attache toute nue à l'arbre, puis il commence à baisser son pantalon. Alors la blonde lui dit en fronçant les sourcils :
- Ho la la, je devine ce que vous allez me faire.
Et le type lui répond avec un grand sourire de satisfaction :
- Vous voyez, ça marche déjà...


Noter cette blague:

Moyenne : 0OKCommentaires : 0
Voir / Ajouter


Pas bête

Je m'ennuie en classe
Toto se plaint à sa maîtresse:
- Madame, je m'ennuie en classe. Je connais toutes les réponses. Je suis en CE2 et j'en sais plus que ma soeur qui est en CM2. Mes parents pensent que je devrais passer une classe!
L'institutrice demande à Toto de la suivre chez le directeur pour lui faire passer un test. Pendant que Toto attend dans le couloir, l'instit explique le problème au directeur. Les deux enseignants se mettent d'accord pour faire passer un examen à Toto. Si les réponses sont bonnes, Toto pourra passer une classe.
On demande alors à Toto d'entrer dans le bureau. Ensuite, le directeur demande:
- Alors Toto, dis-moi, combien font 3 x 3?
- 9
- Et combien font 6 x 6?
- 36
- Et combien font 9 x 9?
- 81
Et ainsi de suite; à chaque question du directeur, Toto fournit la bonne réponse, et le directeur est satisfait.
- Pour moi, pas de problème, Toto peut sauter une classe.
L'institutrice n'est pas totalement convaincue. Connaissant la propension de son élève à ne penser qu'au sexe, elle propose au directeur :
- Laissez-moi lui poser mes questions à moi avant de prendre une décision.
Le directeur et Toto -qui arbore un sourire malicieux- étant d'accord, l'institutrice commence:
- Toto, une vache en a quatre, et moi je n'en ai que deux. De quoi s'agit-il?
- De vos jambes, madame.
- Toto, qu'y a-t-il dans ton pantalon et que je n'ai pas?
Les yeux du directeur s'ouvrent tout grand à cette question, mais avant qu'il n'ait le temps de dire quoi que ce soit, Toto répond:
- Des poches, madame.
Le directeur respire un grand coup en guise de soulagement, puis il dit à l'institutrice:
- Je pense qu'on peut faire sauter une classe à Toto sans problème... J'ai moi-même répondu faux à vos deux questions...


Noter cette blague:

Moyenne : 0OKCommentaires : 1
Voir / Ajouter


Excellent

Quelques brèves...
  • Dans ma tasse, le café reflète mes idées noires...
  • Un homme optimiste est celui qui va au restaurant sans un sou et qui espère payer avec les perles qu'il trouvera dans les huîtres...
  • Le rire c'est comme les essuie-glaces, il permet d'avancer même s'il n'arrête pas la pluie...
  • On dit d'un accusé qu'il est cuit quand son avocat n'est pas cru...
  • Pour se marier, il faut un témoin, comme pour un accident ou un duel...
  • Le meilleur moyen de faire cesser la tentation, c'est d'y succomber...
  • La virginité c'est comme une mouche sur le dos d'une vache : un coup de queue et... PFUIT, envolé...
  • Les poules pondent des oeufs et les coqs ont des ailes car les poules ont besoin d'eux et les coqs ont besoin d'elles...
  • J'ai un ami horticulteur qui est voyant : il lit dans les pensées...
  • L'avantage d'être intelligent, c'est que l'on peut toujours faire l'imbécile alors que le contraire est totalement impossible...
  • Plus il y a de gruyère, plus il y a de trous. Or, plus il y a de trous, moins il y a de gruyère. Donc plus il y a de gruyère, moins il y a de gruyère...

  • Noter cette blague:

    Moyenne : 0OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Cul

    C'est un gars qui envoie à une amie des bas culotte en guise de cadeau de Noël. Il fait inscrire sur une jambe
    "Joyeux Noël" et sur l'autre jambe "Bonne Année".
    Il reçoit un appel téléphonique de son amie pour le remercier de son cadeau.
    Elle termine son appel en lui disant: "Tu viendras m'embrasser entre les deux fêtes!"


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Excellent

    LUNDI
    Seul à la maison. Ma femme est partie pour la semaine. Génial !
    Je sens qu'on va vivre des instants inoubliables, le chien et moi.
    Je me suis concocté un emploi du temps réglé comme du papier à musique.

    Je sais exactement à quelle heure je vais me lever et le temps que je passerai dans la salle de bains ou dans la cuisine, à préparer le déjeuner.
    J'ai également compté les heures qu'il me faudra pour liquider la vaisselle, le ménage, les promenades du chien, les courses et la cuisine.
    Et là, surprise : il me restera plein de temps libre !
    Pourquoi les femmes se font-elles une montagne de toutes ces tâches alors qu'elles peuvent être expédiées si rapidement ?
    Tout est une question d'organisation. Pour le souper, le chien et moi avons un steak chacun.
    J'ai disposé une jolie nappe, une bougie et un bouquet de roses pour faire plus intime.
    Le chien a mangé de la mousse de canard en hors-d'oeuvre et aussi en plat principal, mais accompagnée d'une farandole de petits légumes. Et, comme dessert, des biscuits.
    Moi, je me suis octroyé du vin et un cigare.
    Cela faisait des lustres que je ne m'étais pas senti aussi bien.

    MARDI
    Je dois revoir mon emploi du temps : apparemment, quelques aménagements s'imposent.
    J'ai expliqué au chien que, bien entendu, ce n'est pas tous les jours fête; il ne doit donc pas s'attendre à des hors-d'oeuvre et à un service dans trois bols différents, vu que le préposé à la vaisselle, c'est moi !
    En prenant mon déjeuner, j'ai noté les inconvénients du jus d'orange pressé : ça vous oblige à nettoyer chaque fois le presse-agrumes.
    A moins d'en prévoir suffisamment pour deux jours, et dans ce cas, vous avez moitié moins de vaisselle.
    Ma femme a insisté pour que je passe l'aspirateur tous les jours. Pas question ! Une fois tous les deux jours suffira amplement.
    Il n'y a qu'a enfiler des pantoufles et à nettoyer les pattes du chien...
    A part ça, je suis en pleine forme.

    MERCREDI
    J'ai le sentiment que le ménage prend plus de temps que prévu.
    Il va falloir affiner ma stratégie. D'abord, acheter des repas tout préparés.
    Cela me fera gagner quelques minutes en cuisine.
    La préparation du souper ne devrait jamais être plus longue que sa consommation.
    En revanche, la chambre reste un problème. Il faut s'extraire des couvertures, aérer et enfin faire le lit. Trop compliqué !
    D'ailleurs, je ne vois pas l'intérêt de faire le lit tous les jours dans la mesure ou on se recouche le soir même. Pour le chien, fini les préparations culinaires élaborées. Au menu : pâtée en boite. Il boude, mais tant pis. Si je peux me contenter de plats cuisinés, pourquoi pas lui ?

    JEUDI
    Plus de jus d'orange ! Comment un fruit d'aspect si anodin peut-il provoquer une telle pagaille ?
    Désormais, j'achèterai du jus en bouteille.

    Découverte no 1 : j'ai réussi à m'extirper du lit en défaisant à peine les couvertures.
    Comme ça, il n'y a plus qu'a les retaper un peu.
    Bien sûr, cela nécessite un certain entraînement et on a intérêt à ne pas trop gigoter pendant la nuit.
    J'ai un peu mal au dos, mais une bonne douche chaude et il n'y paraîtra plus.
    J'ai cessé de me raser tous les jours. Je gagne ainsi de précieuses minutes.

    Découverte no 2 : changer d'assiette à chaque repas est une hérésie.
    Les vaisselles à répétition commencent à m'énerver. Le chien, lui aussi, peut manger dans le même bol.
    Ce n'est qu'un animal après tout !

    Note: je suis parvenu à la conclusion que le passage de l'aspirateur ne s'imposait qu'une fois par semaine... maximum.
    Saucisses au dîner et au souper.

    VENDREDI

    Terminé le jus de fruit en bouteille ! Trop lourd à porter.
    J'ai observé un curieux phénomène : les saucisses sont excellentes le matin, un peu moins bonnes le midi et carrément infectes le soir.
    Si un homme en mange plus de deux jours de suite, elles risquent même de lui occasionner de légères nausées.
    Le chien a eu des croquettes. C'est tout aussi nutritif et le bol reste propre.
    J'ai découvert qu'on pouvait boire la soupe directement à la casserole. Elle a exactement le même goût.
    Plus de bol, plus de louche ! Désormais j'ai moins l'impression être réincarné en lave-vaisselle.
    J'ai cessé de passer le balai dans la cuisine. Cela me tapait autant sur les nerfs que de faire le lit.
    Note : laisser tomber les conserves. Ca salit l'ouvre-boites.

    SAMEDI
    A quoi bon se déshabiller le soir pour se rhabiller le lendemain matin ?
    Je préfère occuper ce temps à me reposer un peu. Pas la peine non plus d'utiliser les couvertures :
    comme ça, le lit reste impeccable.
    Le chien a laissé des miettes partout. Il s'est fait gronder. Je ne suis pas sa bonne !
    Etrange : c'est exactement la réflexion que ma femme me fait parfois.
    Aujourd'hui, rasage. Mais je n'en ai vraiment pas envie. Je suis à bout de nerfs.
    Pour le déjeuner, proscrire ce qui doit être déballé, ouvert, coupé en tranches, étalé, cuit ou passé au mélangeur.
    Toutes ces corvées m'exaspèrent. Pour le dîner, manger à même l'emballage. Sans assiette, ni couverts, ni nappe, ni rien de toutes ces choses superflues.
    Mes gencives sont un peu sensibles. Peut-être parce que je ne mange pas de fruits :
    ils sont trop lourds à transporter. C'est sans doute un début de scorbut.
    Ma femme a appelé dans l'après-midi pour savoir si j'avais fait les vitres et la lessive.
    Je suis parti d'un éclat de rire hystérique. Comme si j'avais le temps !
    Malaise dans la baignoire : le siphon est bouché par des spaghettis.
    Ce n'est pas si grave, puisque, de toute façon, je ne me douche plus.

    Note : Le chien et moi mangeons ensemble, directement au frigo.
    Il faut faire vite pour ne pas laisser la porte ouverte trop longtemps.

    DIMANCHE
    Le chien et moi sommes restés au lit, à regarder la télévision.
    Nous avons salivé tous deux en voyant des gens faire des agapes.
    Nous sommes épuises et grognons autant l'un que l'autre.
    Ce matin, j'ai mangé quelque chose dans son bol. Aucun de nous deux n'a aimé.
    Je devrais vraiment me laver. Me raser. Me peigner. Lui préparer sa pâtée. Le sortir. Faire la vaisselle. Ranger. Penser aux courses. Et tout le reste... Mais, je n'en ai vraiment pas la force.
    J'ai l'impression d'avoir des problèmes d'équilibre et de vision. Le chien ne remue même plus la queue.
    Seul l'instinct de conservation nous à permis de nous traîner jusqu'au restaurant, où nous avons passé plus d'une heure à manger des tas de bonnes choses dans de multiples assiettes... avant d'aller à l'hôtel.
    La chambre est propre, bien rangée et douillette. J'ai trouvé la solution idéale..
    Je me demande si ma femme y a jamais pensé.

    Un conseil si vous devez vous absenter, Mesdames...réservez deux places au chenil...


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0OKCommentaires : 8
    Voir / Ajouter


    Cul

    La couleur de l'argent
    L'histoire se passe il y a quelques lustres. Dans une petite ville de province, un jeune étudiant dont les parents n'avaient que peu de moyens trouvait l'argent pour payer ses études grâce à des petits travaux tels que livraison de journaux, nettoyage des trottoirs, commissions pour les personnes âgées, etc. Aux gens de la ville qui lui demandaient si il pensait faire cela toute sa vie, le jeune garçon répondait systématiquement:
    "Quand j'aurai mon diplôme, je m'achèterai une voiture de sport et j'irai aussi passer une nuit dans la maison close à l'autre bout de la ville, pour me prendre du bon temps avec une des filles de là-bas. Et puis alors, je voyagerai de par le monde!
    Un beau jour, il obtint le diplôme tant convoité.
    Il fit alors comme il l'avait toujours dit: il s'acheta une voiture de sport d'occasion, et avant de quitter la ville, s'arrêta à la maison close locale.
    S'adressant à la tenancière du bordel, il dit qu'il désirait se faire dépuceler.
    La mère maquerelle lui montra alors la grosse Berta, une Martiniquaise plantureuse. La fille lui dit "Ça sera 10000 francs mon tout beau (il s'agissait d'anciens francs).
    Le jeune homme fouilla dans sa poche et toute la somme qui lui restait ne dépassait pas 9500 francs. La grosse Berta resta intraitable: "Pas question de faire un rabais"
    Déçu, le pauvre jeune homme allait sortir lorsque la tenancière l'attrapa par la manche. "Eh bien mon garçon, pourquoi es-tu si triste?".
    Le jeune garçon lui fit part alors ses problèmes financiers et la tenancière prit un ton conciliant pour dire: "Allez, viens avec moi. Je vais te le faire disparaître, moi, ton pucelage". Et après lui avoir pris tout ce qui lui restait comme argent, elle l'emmena dans sa chambre.
    Le soir même, le jeune homme quittait la ville dans sa voiture d'occasion, sans un sou, mais il n'était plus puceau.
    Dix-sept années passent.
    L'ex-jeune homme est de retour dans cette petite ville de province. Il vient rendre visite à tous ceux qui l'ont connu pendant ses années d'études.
    Sa première étape est pour la maison close où c'est toujours la même mère maquerelle qui l'accueille...
    - Mais... je vous reconnais vous! Vous êtes le jeune homme qui n'avait que 9500 francs en poche et qui voulait se faire dépuceler!
    - Oui, c'est bien moi....
    - Il faut que je vous montre quelque chose. Venez avec moi.
    Et là dessus, elle l'emmène dans l'arrière-cour de la maison, là où un jeune adolescent est en train de fendre du bois à la hache. Lorsqu'ils arrivent près de lui, elle lui dit:
    - Mon fils, voici ton père.
    Aussitôt, le regard de l'adolescent resplendit du plus beau des sourires. Il prend les mains de son géniteur et lui demande
    - Monsieur ou devrais-je dire papa, puis-je connaître votre nom?
    - Je m'appelle Freddy Vandekerkove...
    Le jeune homme fait une sorte de grimace et répond:
    - Quoi? Alors ça veut dire que je suis à moitié belge?!?!
    Et le monsieur lui dit:
    - Ça aurait pu être pire, mon garçon: si j'avais eu cinq cent anciens francs en plus, tu aurais été noir!


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Cul

    Un distingué sexologue se rend compte que les gens mentent souvent sur la fréquence de leurs relations sexuelles, donc il imagine un test qui lui dit sans erreur combien de fois une personne a des relations.
    Pour prouver sa théorie, il remplit un auditorium plein à craquer et il descend l'allée tout en demandant au gens de sourire. En utilisant la dimension du sourire de la personne, le thérapeute est capable de deviner correctement, jusqu'à ce qu'il arrive au dernier homme de la dernière rangée qui a le sourire fendu jusqu'aux oreilles.
    - Deux fois par jour, " le thérapeute estime, mais il est surpris quand l'homme dit
    - Non.
    - Une fois par jour, alors?
    - Non.
    - Deux fois par semaine?
    - Non.
    - Deux fois par mois?
    - Non.
    .......
    - Une fois par année
    - Oui
    Le thérapeute est fâché que sa théorie ne fonctionne pas et demande à l'homme:
    - Voulez-vous bien me dire pourquoi vous êtes si heureux?
    - C'est ce soir!


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Morts

    Hécatombe à la morgue
    Ce matin, l'employé de la morgue vient de recevoir trois cadavres et chacun des trois corps arbore un sourire béat. Intrigué, il cherche à en savoir plus et se renseigne auprès des infirmières.
    L'une d'entre elles lui répond:
    - Celui-ci, c'est Roger le boucher. Il a eu une crise d'apoplexie quand il a appris qu'il avait gagné les six bons numéros du loto...
    Le grand là, c'est un avocat. Tu connais la fille du directeur de l'école? Oui? Eh bien il est mort alors qu'elle était en train de lui faire une pipe!
    - Eh le dernier? C'est pas Willy Vandeputte, le marchand de vélos?
    - Oui, c'est bien lui. Hier soir il y avait un orage terrible et il est sorti en disant qu'il voulait être sur la photo...


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Adultère

    La retraite a 55 ans !
    L'autre jour, c'était la dernière tournée du facteur avant son départ à la retraite : trente ans qu'il nous distribuait le courrier par tous les temps, et toujours avec le sourire. Alors tous les gens du quartier s'étaient passés le mot, et tous avaient décidé de "marquer le coup".
    Lorsqu'il arriva à la première maison, il fut congratulé par les parents et les enfants.
    On lui offrit une coupe de champagne et une petite enveloppe.
    À la deuxième maison, ils lui offrirent une boite de cigares.
    À la troisième maison, c'était un billet pour un concert de Madonna.
    À la quatrième maison, c'est une ravissante jeune femme blonde en chemise de nuit transparente qui l'attendait : elle le prit par la main et l'emmena dans la chambre où ils firent l'amour passionnément...
    Au bout d'un moment, le facteur qui était resté une fonctionnaire modèle, pensa qu'il était temps qu'il reprenne sa tournée.
    La femme lui dit alors:
    - Ne partez pas: je vous ai aussi préparé un bon petit déjeuner.
    Et effectivement, sur la table de la cuisine l'attendaient du café, du chocolat, du lait, des croissants, des céréales, du jus d'orange, des oeufs au bacon, etc. Ravi car son estomac criait famine après les galipettes qu'il venait de faire, notre homme en profita pour se régaler. Il allait enfin prendre congé quand il remarqua une pièce de dix francs dans la soucoupe de sa tasse de café:
    - Ce que vous avez fait pour fêter mon départ est vraiment formidable, et je vous en remercie du fond du cœur... Mais je ne comprends pas bien ce que fait là cette pièce de dix francs?
    - Hier soir, quand j'ai dit à mon mari, que c'était votre dernière tournée et qu'il serait bien de vous faire un cadeau, il m'a répondu " Donne-lui 10 balles et qu'il aille se faire foutre! "... Le petit déjeuner, c'était mon idée.


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Adultère

    C'est un garçon de 18 ans qui se présente devant la porte d'une maison à la réputation douteuse en traînant derrière lui une grenouille écrasée. La patronne de la boite étonnée demande au garçon ce qu'il veut !
    - Je voudrais passer un moment avec une de vos filles, j'ai de quoi payer et j'en veux une qui ait une (voire plusieurs) maladie " honteuse ".
    La patronne est de plus en plus étonnée mais n'a aucune hésitation, une de ses filles ne rapporte plus d'argent depuis un certain temps à cause de la maladie honteuse qui a fait le tour des clients habituels, alors comme le garçon insiste et qu'il a de quoi payer...
    Après un petit quart d'heure, le garçon revient, le sourire aux lèvres...
    La patronne n'y tenant plus lui demande pourquoi il a insisté pour avoir une fille malade
    - Ce soir mes parents vont dîner au restaurant, et ils font venir une baby-sitter, la baby-sitter aime bien les garçons et je suis sur de lui refiler la maladie. Quand mes parents vont rentrer, mon père va ramener la baby-sitter, mon père aime bien la baby-sitter, elle va lui refiler la maladie Quand mon père va rentrer, il va la refiler à ma mère qui la refilera au facteur demain matin et c'est "CE MAUDIT DE FACTEUR QUI A ÉCRASÉ MA GRENOUILLE"


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Mysogines

    Ce qu'ils pensent d'elles...
    Voltaire (1694-1778)
    Les femmes ressemblent aux girouettes, elles se fixent quand elles se rouillent...

    Talleyrand (1754-1838)
    Une femme laide lui avait déclaré :
    - Il parait, Monsieur, que vous vous êtes vanté d'avoir obtenu mes faveurs.
    Talleyrand répondit :
    - Oh non, Madame, sûrement pas vanté, accusé peut-être...

    Alexandre Dumas (1802-1870)
    Dieu, dans sa divine prévoyance, n'a pas donné de barbe aux femmes parce qu'elles n'auraient pu se taire pendant qu'on les eut rasées...

    Victor Hugo (1802-1885)
    Je pense des femmes comme Vauban des citadelles : toutes sont faites pour être prises. Toute la question est dans le nombre de jours de siège...

    Socrate (470-399 av J.C)
    Dans tous les cas, mariez-vous. Si vous tombez sur une bonne épouse, vous serez heureux, et si vous tombez sur une mauvaise, vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l'homme...

    Molière (1622-1673)
    La femme est en effet le potage de l'homme, et quand un homme voit d'autres hommes parfois qui veulent dans sa soupe aller tremper leurs doigts, il en montre une colère extrême...

    Pierre Marivaux (1688-1763)
    Quand une femme est fidèle, on l'admire; mais il y a des femmes qui n'ont pas la vanité de vouloir être admirées...

    Montesquieu (1689-1755)
    Les Français ne parlent presque jamais de leurs femmes : c'est qu'ils ont peur d'en parler devant des gens qui les connaissent mieux qu'eux...

    Gérard de Nerval (1808-1855)
    Le premier qui compara une femme à une rose fut un poète, le second fut un imbécile...

    Alfred de Musset (1810-1857)
    Qu'est-ce après tout, qu'une femme ? L'occupation d'un moment, une coupe fragile qui renferme une goutte de rosée, qu'on porte à ses lèvres et qu'on jette par-dessus son épaule. Une femme, "C'est une partie de plaisir". Ne pourrait-on pas dire quand on en rencontre une " Voila une belle nuit qui passe " ?

    Gustave Flaubert (1821-1880)
    La femme est un produit de l'homme. Dieu a créé la femelle, et l'homme a fait la femme; elle est le résultat de la civilisation, une oeuvre factice...

    Alphonse Allais (1885-1905)
    Joli paradoxe : la femme est le chef-d'oeuvre de Dieu, surtout quand elle a le Diable au corps...

    Groucho Marx (1885-1981)
    A une dame très laide, Groucho Marx déclara :
    - Je n'oublie jamais un visage, mais pour le vôtre, je ferai une exception. "

    Sacha Guitry (1885-1957)
    A l'égard de celui qui vous prend votre femme, il n'est pire vengeance que de la lui laisser...

    Marcel Pagnol (1893-1974)
    Il y a trois choses qu'une femme ne pardonne pas à un homme : le bien qu'elle lui a fait, le mal qu'il lui a fait, et surtout le mal qu'elle n'a pu lui faire...

    Jean Anouilh (1910- )
    Pourquoi perdre son temps à vouloir contredire son épouse ? Il est beaucoup plus simple d'attendre qu'elle ait changé d'avis...

    Oscar Wilde (1856-1900)
    Les célibataires aisés devraient être lourdement imposés. Il n'est pas juste que certains hommes soient plus heureux que les autres...

    George Bernard Shaw (1856-1950)
    On compare souvent le mariage à une loterie. C'est une erreur car, à la loterie, on peut parfois gagner...

    Jules Renard (1864-1910)
    Si jamais une femme me fait mourir, ce sera de rire...

    R


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0
    OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Informatique

    Bill Gates au purgatoire
    Bill Gates meurt dans un accident de voiture (c'est ce qui arrive quand on essaie de mettre des ordinateurs de bord sous Windows millenium).
    Il se retrouve au purgatoire, accueilli par Dieu lui-même...
    - Bonjour Bill, c'est un grand honneur de t'accueillir ici. Cependant, je dois te faire un aveu: personne, et même pas moi, ne sait si l'on doit t'envoyer en Enfer ou si tu dois rester avec nous au Paradis. Après tout, tu as énormément aidé tes contemporains en permettant qu'il y ait un ordinateur dans chaque foyer, et pourtant tu as créé ce si mauvais système d'exploitation...
    Alors pour toi, je vais faire quelque chose que je n'ai encore jamais fait: tu vas pouvoir choisir toi même l'endroit où tu passeras l'éternité!"
    Bill répond:
    - Eh bien, heu... merci Dieu. Mais quelle est la différence entre Enfer et Paradis?
    Dieu lui explique:
    - Ne t'en fais pas: tu vas pouvoir visiter les deux endroits et ainsi tu te feras ton opinion par toi même.
    - Super, alors, où vais-je d'abord?
    - Tout d'abord, tu vas faire la visite de l'Enfer.
    Et c'est ainsi que Bill atterrit en Enfer.
    Là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Il y a de superbes plages de sable blanc, l'eau est cristalline, la population n'est composée que de jeunes femmes nues, ravissantes, batifolant en tout innocence. Le ciel bleu azur n'est traversé que par les rayons d'un soleil amical, et la température est optimale.
    À ce stade, Bill est déjà conquis.
    - Si c'est ça l'enfer, alors j'ai vraiment hâte de voir le Paradis!
    C'est le moment que Dieu choisit pour expédier Bill au Paradis.
    Dans cette nouvelle contrée, la température est agréable, les anges chantent et jouent de la harpe, tout le monde semble gai et heureux... mais il manque ce petit quelque chose qui rendrait l'endroit excitant. Disons le tout net: tout ça semble un peu terne et aseptisé.
    Aussi, en cinq minutes, Bill a pris sa décision:
    - Hmmmm je crois que je vais choisir l'Enfer
    - Très bien. Il sera fait selon tes désirs.
    Deux semaines plus tard, Dieu décide d'aller voir comment Bill se comporte en Enfer.
    Lorsqu'il arrive, il voit son " protégé " enchaîné à un mur au milieu des flammes, hurlant et implorant la pitié de tous les diablotins alentours.
    -Alors, comment ça va Bill, demande Dieu avec un petit sourire narquois.
    D'une voix empreinte d'angoisse et de ressentiment,
    - C'est atroce! Ce n'est pas du tout ce que j'attendais. Je ne comprends pas ce qui m'arrive.
    Qu'est devenu l'endroit que j'avais visité avec la plage et les jeunes filles nues jouant dans l'eau?
    - Ah ça... C'était l'économiseur d'écran!


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0
    OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter


    Grands classiques

    Perles du primaire...
    - Pour nous faire mettre en rang, le maître nous enfile les uns après les autres.
    - Le CM2 fait partie de l'ère primaire.
    - Le problème de la violence à l'école, c'est quand les filles griffent les garçons avec leurs ongles.
    - Les collèges portent tous des noms d'écrivains comme Henri IV ou Pasteur.
    - Je n'aime pas que mes parents viennent me chercher à l'école parce que je crois qu'ils sont un peu plus cons que les autres.
    - L'archéologie permet de retrouver des vieux abandonnés dans la terre par leurs enfants.
    - Quand ils voyaient la mort arriver, les Égyptiens se déguisaient en momie pour ne pas se faire repérer.
    - Au cirque des Romains, les radiateurs mangeaient des lions pour faire rire les gens.
    - Les esclaves des Romains étaient fabriqués en Afrique, mais n'étaient pas de très bonne qualité.
    - Les parents de Jésus s'étaient déguisés en boeuf et en âne pour échapper au méchant Hérode.
    - Jésus vit avec sa mère au catéchisme...
    - Les Gaulois habitaient dans des puttes...


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0
    OKCommentaires : 1
    Voir / Ajouter


    Excellent

    Je n'avais jamais compris pourquoi les besoins sexuels des hommes et des femmes sont si différents. Je n'avais jamais compris toutes ces histoires de Mars et Venus. Et je n'avais jamais compris pourquoi les hommes réfléchissent avec leur tête et les femmes avec leur coeur. Une nuit de la semaine dernière, ma femme et moi nous sommes couchés, nous avons commencé à nous remuer sous la couette avec cet inévitable et coquin jeu de se toucher mutuellement un peu partout... Moi j'étais déjà "bien chaud" et croyais que c'était réciproque étant donné le caractère osé de nos câlins mutuels... Mais à ce moment précis, elle m'a dit :
    - Ecoute... maintenant je n'ai pas envie mon amour, j'ai seulement envie que tu me serres fort dans tes bras...
    Stupéfait et très désappointé, j'ai hurlé :
    - QUOI ???
    Alors elle a dit les mots magiques :
    - Tu ne sais pas te connecter avec mes besoins émotionnels de femme.
    Alors j'ai capitulé et, résigné, je me suis dit que cette nuit je n'allais pas avoir de sexe, alors je me suis endormi. Le jour suivant nous sommes allés faire du shopping au centre commercial. Je la regardais pendant qu'elle essayait trois très chères mignonnes petites robes. Comme elle n'arrivait pas à se décider pour l'une ou l'autre, je lui ai dit de prendre les trois. Alors, toute joyeuse et motivée par mes mots compréhensifs elle m'a dit qu'elle avait besoin d'une petite paire de chaussures qui irait bien avec, qui coûtaient 600 euros la paire. Ce a quoi j'ai répondu que cela me semblait parfait. Ensuite nous sommes passés par la bijouterie du même magasin, d'où elle est sortie avec des bracelets incrustés de diamants. C'était magique... si vous l'aviez vue... elle était toute émue ! Je crois qu'elle a cru que je devenais fou... Je crois qu'elle me testait lorsqu'elle m'a demandé un très cher jeu de clubs de golf professionnel " première classe ". Mais je crois avoir brisé tous ses schémas mentaux lorsque je lui ai encore dit oui. A cette hauteur elle était presque excitée sexuellement... Vous auriez du voir son visage !!! C'est alors qu'avec son meilleur sourire elle m'a dit :
    - Allons à la caisse pour payer.
    J'ai eu beaucoup de mal à me retenir pour ne pas rire lorsque je lui ai dit :
    - Non mon amour, je crois que maintenant je n'ai pas envie d'acheter tout ça. Franchement, vous auriez du voir son visage, elle est devenue très pâle lorsque je lui ai dit : "Je veux seulement que tu me serres dans tes bras."
    Et au moment où son impressionnant visage a commencé à se remplir de colère et haine, j'ai simplement ajouté :
    - Tu ne sais pas te connecter avec mes besoins financiers d'homme. Je crois que je n'aurais plus de relations sexuelles avec elle avant le printemps 2015...


    Noter cette blague:

    Moyenne : 0
    OKCommentaires : 0
    Voir / Ajouter



    page 1 2 3 4 5 6 7 8 ...12 13 14 15
    O- Un Mexicain qui fait pipi (vu d'avion)
    -O-
    Raccourcis :
    Alt + s : Poster un message une fois rédigé
    Alt + h : Page d'accueil
    Alt + m : Messages privés
    Alt + f : Page des forums
    Alt + a : Sujets actifs des forums
    Alt + 1 : Dernier sujet actif
    Alt + 2 : Avant dernier sujet actif
    Alt + 3, Alt+4, Alt+5 : A vous de deviner ;-)

    Mes liens préférés :
    Vidberg - Amap Croqueurs de légumes - A boire et à Manger - Vie de merde - CamDev - TVNews -
    Dernière mises à jour : 
    • Bidules : 27/09/2013
    • Blagues : 18/01/2019
    • Images : 01/02/2016
    • vdm : 03/02/2014
    • videos : 22/01/2015
    testPage générée en 0,4998 s